Enemy Imaginaries: A Case Study of the Far Right in Canada

Authors

DOI:

https://doi.org/10.22230/cjc.2021v46n4a3929

Keywords:

Enemy imaginaries; Far right; Political communication; New media; Ethnography / Imaginaires ennemis; Extrême droite; Communication politique; Nouveaux médias; Ethnographie

Abstract

Background: Social media and digital technology play a central role in amplifying the potential harms of the far right. 

Analysis: The concept of enemy imaginaries is developed to map the digital and social media practices of far-right actors and groups in their antagonistic participation with and against a liberal, multicultural, globalist imagined community. Analysis focuses on a dramatic clash at a People’s Party of Canada event in Hamilton, Ontario, during the 2019 federal election. 

Conclusion and implications: Disparate far-right groups can momentarily crystallize around a particular event to define new nationalist objects that are symbolic of their networked and mediated fight against an imagined enemy.

Contexte : Les réseaux sociaux et les technologies numériques sont des sources d’amplification des risques posés par l’extrême droite.  

Analyse : Nous développons le concept d’imaginaires ennemis pour identifier les pratiques en ligne et en réseau social des acteurs et groupes d’extrême droite, en particulier leur engagement antagoniste envers une communauté imaginaire libérale, multiculturelle et mondialisée. Nous concentrons notre analyse sur un affrontement dramatique lors d’une rencontre organisée par le Parti populaire du Canada à Hamilton, Ontario, lors de l’élection fédérale de 2019. 

Conclusion et implications : Les mouvements disparates d’extrême droite peuvent s’agglomérer momentanément autour d’un événement particulier pour définir de nouveaux objets nationalistes qui symbolisent leur lutte dans les réseaux sociaux et les médias contre un ennemi imaginé.

Published

2021-11-30